Présentateurs

Thibault Leduc

« Parce qu’il est important de parler aussi de ce qui se passe près de chez nous, on vous donne la parole à 19h15, 20h15 et 23h15… » C’est avec cette phrase que Thibault Leduc accueille chaque soir les téléspectateurs de télégrenoble dans son émission quotidienne « Si On Parlait ». A 44 ans, ce journaliste bien connu des grenoblois a fait l’essentiel de sa carrière dans les médias locaux.

Normand d’origine, il a débarqué en Isère il y a une vingtaine d’années attiré par… la montagne. Après des études de glaciologie, un DEA sur les avalanches (dans les traces d’un certain Pierre Beghin) et un DESS de Management, il bifurque dès la sortie de l’université vers la presse écrite en créant les éditions « Le Petit Sportif » (Spot magazine, Névé, La Lettre de la Montagne…). Il troque ensuite son stylo pour un micro en ouvrant l’antenne de télégrenoble le 20 octobre 2005. Il est aujourd’hui le rédacteur en chef de cette chaîne locale de la TNT qui rassemble en moyenne près de 150 000 téléspectateurs chaque semaine.

Alpiniste amateur, il a remplacé depuis quelques années son piolet par des bâtons de trail. « Finisher » du 100 km de l’UT4M, il espère tenir la distance pour ses premières rencontres du cinéma de montagne en tant que présentateur. Chaque soir, il déclinera le principe de son émission « Grand Air » dédiée à la montagne en faisant témoigner après chaque film les invités sur un plateau télé installé sur la scène du Palais des Sports.

Jean-Michel Asselin

Les 18e Rencontres CinéMontagne de Grenoble s’honoreront encore pour cette édition 2016, de leur présentateur attitré : Jean-Michel ASSELIN.

En duo avec Thibault LEDUC pour un nouveau concept de présentation, le bourguignon de naissance devenu ambassadeur pour le Népal, portera donc à nouveau cet événement dédié à la montagne et tous ses univers.

Faut-il d’ailleurs le présenter ? Entre Pinot noir et Chardonnay, le sang qui coule dans ses veines l’a emmené vers des terroirs bien plus arides, là où, dans l’oxygène rare, la neige et la glace sont alors robe et bouquet. Autant de lignes tracées sur ces pentes vertigineuses qu’il continue aujourd’hui à tenter de conquérir que ces pleins et déliés qu’il couche depuis des années sur un papier varié. Tour à tour journaliste à « la Gueule ouverte », il assure ensuite ses pas dans des revues plus spécialisées comme « Alpinisme et Randonnées » et « Montagne Magazine » où il rejoint les hauteurs en tant que rédac chef ; pour atteindre le sommet de la rédaction de « Vertical » jusqu’en 2006. Ces décennies d’écriture le font côtoyer les plus grands alpinistes et se lier d’amitiés avec la part de ces anges, funambules des cimes : Patrick BERHAULT, Patrick EDLINGER, Eric ESCOFFIER, ou encore Patrick GABARROU qui l’initia à quelques premières dans les Alpes.

Ses ascensions en Himalaya se succèdent mais l’Everest se refuse à lui à deux reprises, au ressaut Hillary. D’autres montagnes, autour du monde, ont continué de l’accueillir mais c’est au Népal qu’il se plaît à revenir. Ce pays où tous les ans, depuis trente ans, la majesté de ses contrées et de son peuple ne fait que l’enchanter

Enfin, animateur radio, aux chroniques ciselées, il est surtout aujourd’hui auteur d’une trentaine d’ouvrages, essentiellement aux éditions Glénat.

Dans ses livres, il sait tracer ou retracer, inventer ou exposer l’épopée, la vie, les aventures, les complaintes et les bonheurs de tous ces bâtisseurs d’extrême, parfois durs, souvent rudes mais toujours tellement humains.

Hillary Gerardi

Quand Hillary est arrivée à Grenoble, elle ne parlait pas français et elle envisageait de rester pour skier pendant six mois avant de repartir aux Etats Unis… Aujourd’hui, presque six ans plus tard, elle n’arrive toujours pas à quitter Grenoble. Originaire de l’état du Vermont (qui se situe “en haut, à droite” des US, comme elle aime dire), elle a découvert sa passion pour la montagne dans les Appalaches de chez elle et aussi pendant les cinq saisons qu’elle a travaillé comme gardienne de refuge dans les White Mountains de New Hampshire.

Après son arrivée a Grenoble, elle a travaillé comme professeur de littérature en anglais à l’American School of Grenoble pendant cinq ans avant de reprendre ses études en coopération internationale et communication multilingue. Elle aime passer son temps libre à parcourir les cent plus belles dans son massif préféré des Ecrins et à courir en montagne. Depuis quelques années, Hillary est devenue une passionnée du trail, qu’elle a poursuit cette année en tant que sportive de haut niveau à l’Université de Grenoble-Alpes.

Cette année, pour ces 18ème édition des Rencontres Ciné Montagne, elle espère être méritante de son rôle de porte-parole du public grenoblois.