Grenoble montagne

S'inscrire à la Newsletter


Accueil » Activités » Randonnée pédestre » Randonnée Chartreuse » Grande Sure – par Jusson et le pas de l’Aronde
Massif : Chartreuse

Grande Sure – par Jusson et le pas de l’Aronde

Cartographie : Top 25 IGN 3334 OT Temps d'accès depuis Grenoble : 35mn Durée totale : 6h Altitude : 1920 m Dénivelée : 1400 m Difficulté : recherche d'itinéraire, vertige, passages difficiles

Recommandé aux familles : Non Lac sur l'itinéraire : Non Refuge sur l'itinéraire : Non Cabane sur l'itinéraire chalet de Jusson Chien autorisé : Oui Matériel spécifique : Non Transport en commun : Non


Ce cheminement qui parcourt les flancs ouest de la Chartreuse compose un corps à corps très intime avec la montagne. On attrape à pleines mains le caillou pour remonter ses cheminées, sa végétation griffe parfois les jambes jusqu’à la taille, on frotte la roche en longeant ses sangles, l’eau des torrents n’est jamais bien loin des chaussures… Cette rencontre intense avec la Chartreuse laisse peu de place au moment des souvenirs pour la longueur et la relative rudesse de l’itinéraire.

Départ : parking des Trois Fontaines – 780 m
Accès : de Grenoble, prendre l’A48 en direction de Lyon pour la quitter à l’avant dernière sortie gratuite « Voiron, Voreppe ». Suivre alors la D3 pour rentrer dans Voreppe, traverser la ville et remonter la D 520a en direction de Pommiers la Placette. Continuer jusqu’au hameau de la Placette où, quelques mètres avant le col une petite route part à droite vers les Trois fontaines. Se garer sur la parking juste après le petit pont de Grépy.

Itinéraire :
Du parking revenir quelques mètres en arrière pour s’engager sur le petit chemin bien tracé qui monte en forêt. Quelques épingles plus tard on débouche sur un pierrier que le chemin parcours en zigzaguant pour revenir en sous-bois. Plus haut et après avoir atteint un beau belvédère la pente se calme et commence sur la droite une traversée qui mène au Pas de la Miséricorde.
Ce passage ne pose aucune difficulté technique, le sentier est large, mais exige de l’attention puisqu’en dépit de la végétation qui casse l’impression de vide ce petit sangle surplombe de hautes falaises.

Le parcours reprend alors sa course normale et arrive au croisement avec le sentier de Charminelle qu’on laisse à droite pour continuer à remonter jusqu’à trouver sur la gauche un cairn, posé au milieu de la végétation après que le chemin ait passé un rocher gravé et colorié et juste avant qu’il ne coupe le ruisseau de l’Hérétang. La trace se faufile à travers la végétation avec toujours quelques cairns épars. Plus haut on retrouve le chemin balisé par le Parc, bien humide, et on ne tarde pas à déboucher dans les alpages de Jusson en passant une chicane dans la clôture qui en marque l’entrée. Il faut alors remonter la croupe herbeuse sans descendre vers le refuge, en se dirigeant vers la croix du sommet bien visible de là.

On remonte alors à vue les pentes pour buter sur les contreforts rocheux de la Grande Sure, il suffit alors de les longer pour trouver le départ de la cheminée qui mène au sommet, marqué par une stèle (croix en métal). Dans la cheminée seul un court passage nécessite l’usage des mains, le reste du parcours alternant marche et léger » crapahut ».

De la croix, en haut, on redescend les pentes raides qui tombent au sud en suivant une trace bien nette qui retrouve le chemin arrivant du Pas de la Miséricorde, quitté plus tôt. On reprend alors ce chemin en sens inverse jusqu’à retrouver l’intersection avec le sentier de Charminelle.
Les herbes hautes envahissent ce sentier qui retrouve plus de clarté après avoir sauté le ruisseau de l’Hérétang bien que plusieurs arbres déracinés barrent ici ou là la progression. A la sortie de la forêt on débouche dans la superbe prairie de Charminelle.

Un poteau du Parc signale à droite le pas de l’Aronde qu’on rejoint en traversant la végétation exubérante de la prairie puis en suivant une petite piste qui descend en sous-bois. Comme au Pas de la Miséricorde le chemin n’est pas spectaculaire si ce n’est par la beauté du site qu’il traverse, mais comme lui il est pourtant tout proche du vide. La forte pente impose d’être attentif bien que le sentier soit là encore bien marqué. Plus bas le vide s’éloigne et on retrouve facilement Cota Bois, par des pentes toujours soutenues, pour filer à flanc sur la ferme des Reynaud.

Ne reste plus qu’à revenir au parking par un bout de route où l’on cherche des yeux en se retournant le magnifique itinéraire que l’on vient de parcourir.

Ce topo ne constitue en aucun cas une sécurité pour son utilisateur. Ce dernier pratique la montagne à ses risques et périls, est autonome et responsable de lui-même et des gens qu’il emmène. Dans le cas contraire, ils fera appel à un professionnel de l’encadrement.

Partager : Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page
Soyez le premier à laisser un commentaire !

Laisser un commentaire


quatre + 4 =