Roche Veyrand - boucle depuis St-Pierre-d’Entremont

Randonnée pédestre Randonnée pédestre en Chartreuse

Roche Veyrand est peut-être davantage connue pour sa spectaculaire et non moins technique via ferrata que pour ses voies d'accès par les sentiers. Et pourtant, la combinaison des deux itinéraires pédestres menant à son sommet décrit un très joli parcours en boucle où seule la montée présente des passages rocheux à gravir mais dont la difficulté est largement atténuée par la présence de câbles. Dans ce cheminement, bien que le vide ne soit jamais très loin, la notion de vertige demeure quasiment impalpable, sauf pour ceux qui viendraient à dessein approcher les bordures de falaises, notamment au sommet.

Itinéraire

Commencer par traverser le ruisseau sur un pont environ 50 mètres après le parking et tourner à gauche. On découvre très rapidement le premier panneau indicateur jaune qui indique la direction de Roche Veyrand. Il s'agit donc de monter sur la droite pour s'élever au-dessus du village par un sentier cheminant entre les propriétés. Au niveau des dernières maisons, une piste large et évidente se profile en entrant en forêt. Au bout d'environ 15 minutes, on parvient au croisement nommé "Sous la Roche" où l'on stoppe cette traversée vers le Nord-Ouest poursuivie jusque-là pour prendre en épingle sur la droite un joli chemin longeant au départ un vieux mur de pierres moussues. L'ascension reprend gentiment et l'on parvient à l'orée d'une grande clairière au bord de laquelle on distingue une surprenante bâtisse.

De ce point nommé "Au Miollat", le sentier repart sur la gauche dans une pente se faisant plus raide jusqu'à rencontrer le pied de la première barre rocheuse. En longeant, toujours de façon ascentionnelle, la base de ce rocher compact, on finit par venir trouver l'attaque de la partie la plus technique de l'itinéraire qui consiste en une succession de ressauts rocheux dont les passages les plus raides sont systématiquement équipés de câbles. L'impression de vide n'est jamais vraiment sensible et la présence des nombreux buis poussant dans ce versant Sud contribue au sentiment général de sécurité. Au cours de cette grimpette ludique, on vient même effleurer l'itinéraire de l'impressionnante via ferrata qui parcourt la falaise principale et dont on approche de très près le pont suspendu au-dessus d'un ravin. En continuant cette raide montée, on parvient dans un joli renfoncement de la paroi qui autorise une agréable pause ombragée et qui marque la fin des difficultés. En effet, juste après, le sentier reprend une allure plus commune en sous-bois mais en conservant toujours un intérêt particulier puisqu'il chemine sur la bordure de la grande falaise jusqu'à l'antécime qui correspond aussi à la sortie de la via ferrata. Après ce replat dégagé, une ultime incursion en forêt permet de gagner le sommet de Roche Veyrand qui offre des points de vue à la fois magnifiques et vertigineux sur le massif et le village logé à ses pieds.

Amorcer la descente à travers bois en prenant la direction du "Grand Jet". Au bout de quelques centaines de mètres, le sentier se change en un chemin large pour rencontrer le croisement du "Grand Jet" à partir duquel il faut prendre sur la droite un sentier d'abord plat, puis dévalant droit dans les bois dans un second temps. On débouche dans une prairie très accueillante ("les Monts" – 1033 m, selon la carte IGN) faisant face au mont Granier et dessinant un véritable petit col de part et d'autre duquel se dessinent deux combes. Descendre dans celle orientée Nord-Est en ignorant le chemin qui la traverse dans sa partie supérieure afin de rejoindre le lieu-dit "la Tournette" qui héberge quelques vieilles granges. Bifurquer sur la droite pour amorcer une longue diagonale descendant vers le Sud jusqu'à regagner la route reliant différents hameaux qu'il s'agit de traverser : le Crêt, la Fracette et les Ciseaux. En longeant la rivière du Cozon, on regagne ensuite de façon agréable le village de St-Pierre et le parking.

Ce topo ne constitue en aucun cas une sécurité pour son utilisateur. Ce dernier pratique la montagne à ses risques et périls, est autonome et responsable de lui-même et des gens qu’il emmène. Dans le cas contraire, ils fera appel à un professionnel de l’encadrement.


Roche Veyrand

Roche Veyrand

Roche Veyrand

Roche Veyrand

Roche Veyrand

Roche Veyrand

Roche Veyrand

Roche Veyrand

Roche Veyrand

les commentaires je réagis