Petit Veymont - arête Nord-Est et traversée du Grand Veymont

Alpinisme Alpinisme Vercors

L’arête de Quinquambaye, car c’est le vrai nom de l’arête Nord-Est du Petit Veymont, est une splendeur du genre. Certes, on n’ira pas la faire pour son rocher pourri, mais plutôt pour découvrir une variante très peu connue de montée aux deux Veymont ; alors que les chamois la fréquentent quotidiennement.
Il ne s’agit pas vraiment d’une course d’escalade, mais attention on n’est plus dans le domaine de la randonnée. Le terrain est dans l’ensemble assez aérien et instable (rocher délité et nombreux graviers) mais techniquement peu difficile.

Itinéraire

Couper dans le champ au dessus du parking et remonter la piste de ski parallèle au téléski du Blavet. Arrivé sur la crête des Alleyrons, continuer de monter en suivant en sous bois un petit sentier. La pente s’estompe et on débouche alors dans des prés. Après le point côté 1678 m (arrivée du téléski des Alleyrons), redescendre à un petit col en suivant toujours la crête et remonter dans un terrain qui commence à se minéraliser. La crête s’effile ensuite franchement mais un bon sentier persiste. On passe le croisement avec le sentier de redescente sur la cabane du Veymont et poursuivre environ sur 300 mètres jusqu’à une brèche caractéristique.

S’encorder à cet endroit et repérer les points bleus de peinture dans le mur rocheux au dessus. Ces marques indiquent au début de l’arête à la fois le cheminement à suivre et l’emplacement des spits sur lesquels on peut s’assurer. Ce premier gros ressaut se franchit dans une sorte de petit couloir qui débouche après une petite traversée sur le fil de l’arête. Plus haut, on atteint une assez longue section herbeuse qui finit par buter contre une barre rocheuse. On attaque alors des pentes d’éboulis un peu fastidieuses entrecoupées de petites barres que l’on franchit en suivant les quelques spits en place. Au dessus de la deuxième barre, on peut soit traverser à droite pour rejoindre le col (2067 m) situé entre le Petit et le Grand Veymont, soit continuer à grimper pour sortir assez facilement juste sous le sommet du Petit Veymont.

Du sommet du Petit Veymont, redescendre au col 2067 m et remonter en face dans la belle pente Sud-Est du Grand Veymont. Rester plutôt à droite dans l’herbe, même si l’exposition paraît plus forte, le terrain est bien plus adhérent que dans le pierrier. Il suffit alors de zigzaguer entre les ressauts rocheux pour venir chercher complètement à droite 50 mètres sous le sommet une petite croupe herbeuse menant directement en haut.
Nota : même si la remontée au Grand Veymont ne présente aucune difficulté technique, il peut être conseillé de rester encordé dans cette dernière section, vu l’exposition au dessus des falaises.

La descente s’effectue par la voie normale qui passe par le Pas de la Ville.

Ce topo ne constitue en aucun cas une sécurité pour son utilisateur. Ce dernier pratique la montagne à ses risques et périls, est autonome et responsable de lui-même et des gens qu’il emmène. Dans le cas contraire, ils fera appel à un professionnel de l'encadrement.


L'arête de Quinquambaye mène directement au sommet de l'Aiguillette du Veymont (ou Petit Veymont).

Le terrain quelque peu délité de l'arête de Quinquambaye.

L'immensité de la face Ouest du Grand Veymont accompagne tout le long de l'ascension.

Dans les pentes supérieures de l'Aiguillette.

Du sommet de l'Aiguillette (ou Petit Veymont) en regardant vers le Grand Veymont et sa face Sud.

les commentaires je réagis