Arêtes du Gerbier - traversée

Alpinisme Alpinisme Vercors

"Au royaume du vertige, le Gerbier est roi". Tel pourrait être le slogan de cette époustouflante traversée. A mi-chemin entre randonnée et alpinisme et déjà plus près du ciel que de la terre ferme, cette course d'arêtes est un véritable voyage au pays des tichodromes, ces oiseaux troglodytiques qui nichent dans les parois du secteur. A la différence des volatiles, le grimpeur doit se contenter du fil aérien de cette ligne rocheuse et ne pas se laisser griser par les aboiements du grand vide qui pourraient le pousser à imiter les habitants des lieux…

Itinéraire

Du parking, s'élever sur la piste du col Vert qui retrouve le Balcon Est à la sortie de la forêt. Suivre ce sentier sur la gauche (vers le Sud) pendant environ 5 minutes puis repérer sur la droite un cairn marquant l'attaque de la sente de la Double Brèche. Remonter cette bonne trace balisée de quelques marques de peinture jaune dans les raides pentes du Ranc des Agnelons. On ne tarde pas à dominer une grosse barre rocheuse au dessus de laquelle on atteint la crête au niveau de la Double Brèche. S'encorder ici.

Basculer sur le versant Ouest de la Double Brèche et redescendre sur quelques mètres. Traverser vers la gauche au dessus d'un grand couloir (l'autre accès à la brèche) en contournant une première aiguille par la droite puis en s'élevant pour venir chercher le fil des arêtes par quelques pas d'escalade faciles. La suite est évidente puisqu'il s'agit de suivre ces arêtes au mieux, en restant sur leur fil parfois aiguisé ou en combinant un cheminement par les nombreuses vires herbeuses et marches rocheuses que l'on rencontre de part et d'autre de la crête faîtière. L'évolution se fait corde tendue en utilisant les nombreux becquets du relief pour faire passer la corde et ainsi enrayer une éventuelle chute, alors que les points d'ancrage installés à demeure ne sont pas fréquents du tout. Certains passages un peu plus délicats tels que le "Rasoir" et le "Peigne" (les bien nommés !) ne peuvent pas être contournés et requièrent donc encore un peu plus d'attention.

A l'approche du sommet matérialisé par le socle en béton d'un ancien signal, redescendre dans une petite brèche pour remonter en face sur une dalle (spit) et reprendre le fil de l'arête qui trouve ici son paroxysme en terme de hauteur au dessus du vide (possibilité d'enfourcher le fil ou de rester pieds à plat sur le versant Ouest et d'agripper le rocher avec les mains).

Du sommet, poursuivre encore une dizaine de minutes sur les dalles et les rochers sommitaux puis repérer sur la droite une trace descendant versant Ouest pour rejoindre une petite faille entre deux rochers d'où l'on effectue le rappel final de 20 mètres (maillon + sangles en place).

Du pied du rappel, prolonger la descente par la sente bien visible jusqu'à retomber sur le sentier Péronnard (l'équivalent du Balcon Est mais en versant Ouest). Redescendre un moment ce sentier vers le Sud puis remonter jusqu'au Pas de l'Oeille.

Du Pas de l'Oeille, descendre dans la combe au dessus des aiguilles des Sultanes en prenant un minimum garde aux passages terreux un peu fuyants. Parvenu au pied de la combe, inutile de rattraper la baraque des Clos, mais se laisser plutôt filer dans les bons pierriers jusqu'à d'abord couper le Balcon Est puis, ayant repris la cavalcade, tomber sur le sentier de liaison entre la baraque et la route forestière. Une fois au parking des Bordeaux, continuer de descendre sur la route sur 500 mètres pour retrouver la voiture.

Ce topo ne constitue en aucun cas une sécurité pour son utilisateur. Ce dernier pratique la montagne à ses risques et périls, est autonome et responsable de lui-même et des gens qu’il emmène. Dans le cas contraire, ils fera appel à un professionnel de l'encadrement.


Dans les raides pentes du Ranc des Agnelons en montant à la Double Brèche.

Depuis la Double Brèche, le premier éperon se contourne par la droite.

L'arête commence à s'effiler drôlement.

Le fameux passage du "rasoir".

L'ambiance est garantie tout le long des arêtes. du Gerbier

Du sommet du Gerbier, il faut continuer encore un peu avant de trouver le rappel.

Un rappel de 20 mètres permet de redescendre des arêtes.

En rencontrant le sentier Péronnard on contemple le versant Ouest des arêtes du Gerbier.

les commentaires je réagis