Petit Som - depuis la Ruchère

Raquette Raquette en Chartreuse

Cette boucle qui passe par le sommet du Petit Som est un concentré de Chartreuse. On y chemine d'abord à travers une profonde forêt avant de découvrir les beaux alpages de Léchaud que de nombreuses barres rocheuses découpent. La variété de cet itinéraire n'a donc vraiment pas de quoi nourrir les complexes du Petit Som face à son illustre voisin et fera apprécier ce cœur du massif sous un autre angle que celui, peut-être un peu galvaudé, du vallon du Couvent de la Grande Chartreuse.

Itinéraire

Revenir un peu sur nos pas le long du parking et passer sur la droite le petit talus qui marque le début d'une clairière effilée. Remonter plein sud cette zone déboisée en longeant la forêt. Quand la fin des champs arrive, un large chemin entre dans les bois en faisant un grand virage à gauche, il ne tarde pas à déboucher à un petit collu coté 1446 m sur la carte. S'ensuit un replat qui donne lieu à un petit slalom de toute beauté entre les arbres de Léchaud et qui conduit en se relevant aux alpages du Petit Som, débouchant au jour sous les petites falaises des Roches Rousses. Du col de Léchaud, facilement atteint, il ne reste plus qu'à traverser les champs de neige pour rejoindre à vue le sommet du Petit Som bien marqué par sa croix.

De là, et selon l'humeur, le degré d'expertise ou les conditions, deux possibilités de retour sont offertes : soit revenir sur ses pas, soit emprunter le couloir raide mais court qui se fraye un passage dans les barres rocheuses. La deuxième solution rejoint au milieu de la Prairie du Col le col de la Ruchère. Le sentier du retour se confond alors d'abord avec le GR de Pays du tour de Chartreuse et file en sous-bois légèrement sur la gauche pour passer près de la grange de Pré Gervet. Mais dès que la clairière qui l'accueille est dépassée, il faut quitter ce GRP pour prendre à droite le sentier qui rallie facilement le parking en passant par l'oratoire Teste de Lavines puis en suivant le ruisseau du Bruyant.

Ce topo ne constitue en aucun cas une sécurité pour son utilisateur. Ce dernier pratique la montagne à ses risques et périls, est autonome et responsable de lui-même et des gens qu’il emmène. Dans le cas contraire, ils fera appel à un professionnel de l'encadrement.


les commentaires je réagis