Col de la Bourbière et Grand Charnier - par le vallon du Bens

Randonnée pédestre Randonnée pédestre Belledonne

Lorsque les vallons pénètrent profondément à l'intérieur du massif et que les pistes forestières qui les remontent sont interdites à la circulation, il ne reste plus qu'à marcher. Le col de la Bourbière fait partie de ces randonnées où si l'on ne se lève pas assez tôt le matin on n'arrive pas en haut. Ou pris dans le piège de la contemplation des hautes cimes du Pic du Frêne et des Crozet, l'obscurité s'abat plus vite qu'on ne le pense et oblige à un repli impromptu vers une improbable mais salutaire cabane. Pour éviter que la montagne ne se referme sur vous, il faudra être conscient de la distance et du dénivelé séparant le point de départ et le col, mais aussi connaître sa vitesse de descente afin de se fixer un horaire au delà duquel l'objectif devra être abandonné.

Itinéraire

Du parking, poursuivre la portion de route goudronnée jusqu'au Pont Sarret. Rester en rive droite du Bens et aborder la longue piste forestière. Vers 1000 m, on rencontre le barrage de St Bruno, puis vers 1250 m une patte d'oie matérialisée par un vieux panneau en bois indiquant Pré Nouveau à gauche et Cohardin (Baraque de Cohardin) à droite. Suivre l'embranchement de gauche pour commencer à monter plus franchement, toujours en forêt. A la sortie des bois, on atteint une zone de grands prés au milieu desquels se tient le chalet de Pré Nouveau (fermé). La végétation reprend mais les conifères laissent rapidement place aux vernes à travers lesquelles le sentier se faufile facilement. Vers 1650 m, on parvient au pied d'un verrou plus raide barrant l'accès au cirque fermé en son fond par les impressionnantes faces Nord du Pic du Frêne, Clocher du Frêne et Grand Crozet. Cette partie s'aborde par la droite pour venir trouver, après une série de lacets, les premiers gros blocs rocheux.

Là, de nouvelles indications permettent de rejoindre sur la gauche le refuge des Férices en 3 minutes et confirment sur la droite l'itinéraire du col de la Bourbière ainsi que celui d'autres cols et même du Pic du Frêne (mais pour ce dernier, autant dire qu'on n'est pas encore rendu…). S'engager dans le dédale de blocs en poursuivant vers le Sud-Ouest et en s'aidant des marques jaunes régulières et des quelques cairns installés çà et là. Après un court ressaut, on entre dans un étroit vallon au fond duquel le ruisseau du Bens ajoute un peu de vie dans ce décor si minéral. A l'arrière plan se de dressent déjà superbement les Pointes de la Bourbière. Au niveau de la cote 2120 m, le cheminement oblique vers l'Ouest pour finalement atteindre le col de la Bourbière 230 mètres plus haut.

Pour ceux dont les jambes auraient encore envie de monter ; ou ceux qui, déjà exténués mais dont l'attrait des cimes leur permet de trouver une ultime ressource énergétique, le Grand Charnier (2561 m) est accessible 209 mètres au dessus en remontant sa grande pente Sud-Est. Mais attention à ne pas oublier la longueur de la descente.

La descente s'effectue par le même itinéraire.

Ce topo ne constitue en aucun cas une sécurité pour son utilisateur. Ce dernier pratique la montagne à ses risques et périls, est autonome et responsable de lui-même et des gens qu’il emmène. Dans le cas contraire, ils fera appel à un professionnel de l'encadrement.


En se retournant sur le vallon du Bens.

Le Pic du Frêne commence déjà à se blanchir.

Splendeurs du Nord de Belledonne.

La haute rive droite du vallon du Bens.

Encore un effort pour atteindre le col de la Bourbière.

les commentaires je réagis