Moucherotte - depuis Saint-Nizier-du-Moucherotte

Raquette Raquette Vercors

En hiver, le Moucherotte est au Vercors ce que Chamechaude est à la Chartreuse, pourrait-on dire : La montagne du massif que skieurs et raquetteurs arpentent à toute heure du jour et de la nuit. Il est en effet rarissime de se retrouver seul sur les pentes du Moucherotte, sauf peut-être les jours de tempête, et encore… Reconnaissons que ce sommet phare adulé des Grenoblois ne présente pas vraiment de risque majeur puisque la pente de la voie normale (voie dite « de l’ancienne piste de ski ») ici décrite n’excède jamais 30° et seulement sur de courtes portions, et que le point de vue qui attend le « summiter » compte parmi les plus spectaculaires de la région.

Itinéraire

Monter à travers le grand pré qui domine le parking. Une centaine de mètres plus haut, on coupe une piste de ski de fond et l’on poursuit toujours sur le même axe ascendant par une trouée plus raide qui fend la forêt. 150 mètres plus haut, on croise le GR 91 au moment où il part vers la gauche. On se trouve alors sur l’ancienne piste de ski alpin, du temps où le téléphérique de St-Nizier rejoignait le sommet du Moucherotte. Suivre cette piste qui s’apparente à un large chemin à peu près tout du long, en laissant le GR 91 partir sur la droite lorsque celui-ci décide de se compliquer la tâche en s’enfonçant dans les bois vers 1510 m. La piste qu’il s’agit de suivre contourne un peu plus haut une échine rocheuse pour se retrouver, un temps seulement, en versant Est de la montagne, avant de revenir en versant Ouest en sinuant par deux beaux virages entre de petites parois.

La suite consiste en une sorte de longue traversée ascendante vers le Sud où le tracé de la piste n’est pas à considérer comme une ligne obligatoire. Les variantes tirant plus rapidement en direction de la ligne de crête sont en effet nombreuses et sont autant d’alternatives un peu plus raides à la montée comme à la descente. Dans tous les cas, on doit parvenir sous le sommet qu’il est impossible de ne pas reconnaître car coiffé d'un immense radar hydrométéorologique. Que l’on y arrive par la crête Nord où par la pente Ouest, la fin n’est pas franchement plus compliquée que l’ensemble du parcours suivi jusque-là et parvenu en-haut, on se dit que le panorama unique sur Grenoble et ses massifs se découvre au prix d’un effort assez relatif.

La descente s’effectue par le même itinéraire avec toute la latitude offerte par les abords de la piste.

Ce topo ne constitue en aucun cas une sécurité pour son utilisateur. Ce dernier pratique la montagne à ses risques et périls, est autonome et responsable de lui-même et des gens qu’il emmène. Dans le cas contraire, ils fera appel à un professionnel de l’encadrement.


Du parking, on commence par remonter le grand pré jusqu’à croiser le GR 91.

Après un petit passage en versant Est, l’ancienne piste de ski repasse en versant Ouest en serpentant entre de belles barres rocheuses.

En se retournant dans la partie médiane, on a la surprise de dominer les Trois Pucelles.

Grâce à ses antennes, même par temps de brouillard, le sommet du Moucherotte ne peut pas être confondu avec ses antécimes.

En gagnant le bord de la crête juste avant le sommet on découvre la vue vertigineuse sur Grenoble.

Du sommet du Moucherotte, le point de vue se déroule sur 360°. Vers le Sud c’est la barrière orientale du Vercors qui s’étend jusqu’au Mont Aiguille.

Vers l’Ouest et le Sud-Ouest, ce sont les différents plateaux qui composent le massif du Vercors.

les commentaires je réagis