Col de Morétan, col du Pertuis - boucle par le couloir du Pertuis

Ski de randonnée Ski de randonnée Belledonne

Le tour du Pic des Grandes Lanches est un véritable petit voyage, skis aux pieds, au cœur de Belledonne. En plus d'une incursion dans deux des vallons les plus sauvages du massif, on termine en beauté cette journée par la descente d'un des plus longs - si ce n'est le plus long - couloir belledonnien : le couloir du Pertuis.

Itinéraire

De la Bourgeat Noire, filer vers le Sud pour remonter le vallon du Gleyzin. Couper juste après le parking le ruisseau de la Combe Jacques qui voit dévaler chaque hiver une monumentale avalanche jusque sous les fenêtres des habitants du village, puis continuer à plat jusqu'à l'entrée de la forêt. L'itinéraire suit le sentier d'été du refuge de l'Oule. A partir de 1350 m, la pente se relève un peu et l'on remonte par la droite le cône de déjection du couloir du Pertuis alors bien visible et impressionnant au dessus de la tête. Vers 1570 m, traverser franchement à droite pratiquement à plat pendant environ 500 mètres pour rallier le replat sous le verrou du refuge. Attention : cette traversée est très exposée aux coulées issues des pentes qui dominent cette zone boisée. Ce replat atteint, on se retrouve au pied d'un raidillon au sommet duquel on accède au refuge de l'Oule.

Remonter la rampe juste au dessus du refuge qui évite le cirque des cascades de l'Oule par la droite. Attention : Cette pente est souvent plaquée ou glacée. A 2100 m, on arrive sur un plateau qui marque la base du cirque du glacier de Gleyzin. Là, traverser à plat vers l'Est et s'engager dans le vallon en direction du col de Morétan. Le terrain morainique y est peu raide dans l'ensemble puis se redresse un peu sur les 50 derniers mètres sous le col.

Basculer de l'autre côté du col dans l'austère combe sous la face Nord du Grand Morétan pour descendre presque jusqu'aux lacs Morétan.

On stoppe la descente vers 2100 m pour remettre les peaux et remonter plein Ouest par des pentes faciles au col du Pertuis, facilement reconnaissable car bordé à sa droite d'un "bitard" caractéristique.Ne reste alors plus que le clou de la journée : La fabuleuse descente du couloir du Pertuis, qui, raide au milieu d'impressionnants rochers, ne laisse généralement pas indifférents les skieurs qui s'y engagent. Dans le vallon au pied du couloir, on retrouve la trace de montée du matin. Il n'y a plus alors qu'à se laisser glisser dans la forêt jusqu'au parking.

Ce topo ne constitue en aucun cas une sécurité pour son utilisateur. Ce dernier pratique la montagne à ses risques et périls, est autonome et responsable de lui-même et des gens qu’il emmène. Dans le cas contraire, ils fera appel à un professionnel de l'encadrement.


Le col de Morétan déjà bien visible depuis le replat à 2100 m.

En parvenant au col de Pertuis bien reconnaissable grâce à son "bitar".

C'est parti pour l'impressionnante descente du couloir de Pertuis.

les commentaires je réagis