Piquet de Nantes, Tabor - traversée des crêtes

Randonnée pédestre Randonnée pédestre Taillefer

Partie intégrante du massif du Taillefer, le chaînon reliant le Grand Serre au Piquet de Nantes culmine au sommet du Tabor à 2389 m et étire son esthétique arête faîtière sur plus de 15 km au-dessus de la Matheysine, dont l’itinéraire ici décrit en parcourt la moitié méridionale. Autant dire que ce long cheminement est un véritable petit voyage au cours duquel les merveilles du Sud Dauphiné telles que les lacs du plateau matheysin, la barrière orientale du Vercors, le Taillefer, l’Obiou, et tant d’autres… prennent une dimension et une hauteur insolites. Même si cette randonnée ne présente pas de particularités techniques, on conseillera cette longue randonnée aux marcheurs habitués aux forts dénivelés et aux longues distances.

Itinéraire

Du parking, suivre brièvement la petite route montant à travers le champ d’en-face pour venir chercher rapidement le début de l’épaule issue du Piquet de Nantes. L’ascension se fait le long d’un bon sentier joliment boisé et l’orientation ne pose aucun problème : vers le haut par la crête ! Vers 1530 m, la forêt se dissipe et laisse place à de beaux alpages en même temps que la crête s’élargit en s’arrondissant. Un premier ressaut mène au Rocher Noir après lequel un agréable replat permet de souffler un peu. S’ensuit un second mur qui défend la Fontaine de Bigasset ainsi qu’un petit col où une descente sur la Valette, dans le fond de la vallée de la Roizonne, est possible. Le Piquet de Nantes se tient alors non loin, au sommet d’un ultime redressement du terrain juste avant lequel on peut aisément observer les différents types d’aménagement que l’homme a su développer pour lutter contre les risques d’avalanches.

La vue du sommet, ouverte de tous côtés, est sublime et il serait dommage de ne pas profiter de son emplacement pour y casser la croûte.

Poursuivre vers le Nord par une succession de courtes montées descentes, puis vers 2164 m l’arête rocheuse se précise et l’on amorce la remontée de 225 mètres en direction du Tabor, point culminant de la balade, par le fil de la Crête des Barres.

Descendre du sommet du Tabor par l’arête Nord jusqu’à un petit collu. Là, basculer sur la gauche dans des pentes ponctuées de barres rocheuses peu menaçantes à travers lesquelles le balisage jaune aide à trouver le passage le plus évident. On finit par tomber à proximité du petit lac Charvet vers 1920 m. Prendre alors une direction Sud-Ouest pour rejoindre la station abandonnée de La Chaud St-Honoré par une large piste barrant la large face Ouest du Tabor. Le parking du col de Malissol ne se situe « plus qu’à » 6,5 km de distance ; courage !

Parvenu sur le grand parking (zone de retournement des véhicules), bifurquer sur la gauche dans un champ jusqu’à couper la route une première fois avant de poursuivre par ce chemin champêtre jusqu’à Comboursière. Traversée le petit hameau puis emprunter le chemin sur la gauche qui longe par une alternance de prés et de bois la base de la montagne du Piquet de Nantes. Il est d’ailleurs facile de repérer le cheminement parcouru par les hauteurs un peu plus tôt en levant le nez. Peu avant le lieu-dit les Bruyères, le sentier remonte d’une cinquantaine de mètres avant de replonger sur les Touches où il suffit de suivre la route jusqu’aux Bertrands avant de retrouver la voiture au col de Malissol.


A la sortie des bois, c'est droit dans la pente !

En arrivant au Rocher Noir, on profite déjà de l'étendue du panorama sur la Matheysine et le Trièves.

Le sommet du Piquet de Nantes se précise.

Le versant Sud-Est du Piquet de Nantes est équipé de paravalanches censés protéger le hameau de la Valette, 1200 mètres plus bas.

Le plateau matheysin et les lacs de Laffrey.

Du haut du Piquet de Nantes se dessine la suite de l'itinéraire jusqu'au Tabor.

La partie plus minérale avant d'atteindre le sommet du Tabor.

La descente passe à proximité du petit lac Charlet.

Saint-Honoré, début du long retour vers le point de départ, est en vue.

les commentaires