Pic du Mas de la Grave

Randonnée pédestre Randonnée pédestre Grandes Rousses

Le plateau d’Emparis, dont les vastes moutonnements herbeux zébrés de thalwegs peuvent rappeler les steppes d’Asie, culmine au Pic du Mas de la Grave. Rejoindre cet extraordinaire belvédère c’est aussi faire un peu l’expérience des immensités mongoles, la route est longue ! C’est pourtant sans aucune lassitude que l’on s’en revient, le regard aimanté par les glaciers de la Meije qui nous font face jusqu’au terme de la journée.

Itinéraire

Du bout de la plateforme devant les caisses rejoindre au mieux le pont du Pertus par le pré 30 mètres en contrebas environ.

De l’autre côté du torrent du Gâ un sentier monte immédiatement à droite et permet de rejoindre le Rivet du Pied sans longer les larges lacets de la piste carrossable. Les deux petits groupes de maisons du Rivet du milieu puis du Rivet du haut sont bien vite dépassés, tout comme la Croix de Tuf (1901m).

L’itinéraire remonte longuement le Gâ en dépassant le récent refuge du Pic du Mas de la Grave puis plus loin les chalets de la Grande Buffe où l’on peut faire une pause pour caresser les ânes qui y broutent tranquillement.

Juste après, au niveau de la baraque de la Buffe (abri ouvert non gardé) repérer sur l’autre rive du torrent la sente qui remonte dans l’herbe en s’orientant sud-ouest. Après environ 150 mètres de dénivelée facilement pris la trace s’oriente vers le nord en une traversée moins soutenue marquée hiératiquement de points rouges.

Ne reste plus alors que les pentes d’abord herbeuses sous l’Agnelé puis plus minérales jusqu’à l’antécime (2979 mètres), l’atteinte du sommet se fait en quelques minutes en passant au travers d’un dédale rocheux qui mène à la modeste croix marquant le sommet.

Le retour suit le même itinéraire.


Le torrent de Valfredène creuse son lit en descendant du col de l'Infernet, composant un paysage typique du massif.

Sous le gros mamelon de l'Agnélé l'antécime ne semble plus si loin.

Coup d'oeil sur l'échine de Praouat et la crête des Grandes Rousses avant de toucher au but de la journée.

Même le Mont Blanc ne semble pas si loin.

Les Aiguilles du Goléon, d'Arves et de la Saussaz composent un paysage bien singulier.

Le retour le long du Gâ profite de la splendeur du groupe de la Meije et plus particulièrement de la luminosité du glacier du Tabuchet.

les commentaires