Refuge et lacs des Sept Laux – depuis le Fond de France

Randonnée pédestre Randonnée pédestre Belledonne

Le plateau d’altitude des Sept Laux et ses innombrables lacs (bien supérieurs à sept comme on a coutume de l’entendre) peut à juste titre être considéré comme le réservoir du massif de Belledonne. Les plus grands bassins, bien qu’artificiels, se fondent parfaitement au pied des augustes sommets, quant aux plus petits lacs issus du progressif retrait glaciaire, ils finissent de ponctuer le paysage en affirmant l’omniprésence de l’eau au sein d’une imposante minéralité. Dans ce spectaculaire environnement, l’accueillant refuge des Sept Laux bâti sur un isthme au milieu des flots, est une véritable aubaine pour les randonneurs qui souhaiteraient profiter du site aux plus belles heures de la journée, ou simplement pour s’autoriser une pause gourmande et rafraîchissante avant la longue redescente vers la vallée.

Itinéraire

Du parking, partir directement sur la gauche en suivant la direction du refuge des Sept Laux, déjà indiqué par un panneau. Peu après avoir traversé le torrent du Pleynet, prendre à droite à l’intersection, en laissant sur la gauche la direction de la cascade du Pissou. Le sentier (GR 738 et GRP Tour du Pays d’Allevard) se raidit au fur et à mesure qu’il s’enfonce dans la forêt de la Montagne du Gleyzin. Il s’agit d’être parfois vigilant afin de ne pas perdre de vue les marques du GR pour ne pas se retrouver à errer le long de sentiers de traverse pouvant être confondus avec l’itinéraire à suivre. A 1540 m on parvient au croisement dit des « Deux Ruisseaux ». Prendre à droite (on reviendra en fin de journée par le sentier de gauche) et rejoindre en 5 minutes le Chalet du Gleyzin de la Ferrière. A partir de là le sentier s’élève à travers le versant Nord de ce large cirque en dessinant une longue diagonale caillouteuse. Passé le Cul de la Vieille, il rencontre une zone rocheuse plus raide et dessine des lacets serrés avant de gagner le Col de la Vieille, et immédiatement derrière le lac Noir, premier d’une longue série…

Rester sur le GR en longeant le lac Noir puis le lac Carré sans tenter de rejoindre la grosse bâtisse EDF dressée à droite sur une butte et parfois confondue avec le refuge des 7 Laux. On atteint en quelques minutes ce dernier, posté sur son bras de terre entre les eaux des lacs Carré et Cottepens. Mais avant de profiter du lieu pour une pause bien méritée il faudra encore franchir de façon originale les deux murs-barrages du lac de Cottepens.

Les abords des lacs offrent un grand nombre de possibilités de prolongation de la balade. Chacun aura donc le loisir de pousser un peu plus loin ou un peu plus haut la découverte du plateau, pourquoi pas jusqu’au col des Sept Laux qui marque la frontière géographique avec l’Oisans.

Revenir au col de la Vieille et emprunter sur la droite le sentier des Deux Ruisseaux. Assez similaire au chemin emprunté à la montée, ce dernier présente toutefois dans sa partie médiane un passage raide au-dessus d’une gorge qui nécessitera un minimum de prudence (en particulier en début de saison lorsque la neige est encore présente). Tout en bas du vallon et après un passage à gué on retrouve la forêt et le croisement dit des « Deux Ruisseaux ». Ne reste plus qu’à reprendre l’itinéraire du GR pour retrouver le Fond de France et la voiture environ 450 mètres plus bas.

Ce topo ne constitue en aucun cas une sécurité pour son utilisateur. Ce dernier pratique la montagne à ses risques et périls, est autonome et responsable de lui-même et des gens qu’il emmène. Dans le cas contraire, il fera appel à un professionnel de l'encadrement.


Dans la partie raide après avoir passé le Cul de la Vieille.

A l'approche du Col de la Vieille le terrain se calme.

Le lac Noir au col de la Vieille, premier d'une longue série.

En route vers le refuge des Sept Laux avec le Rocher Blanc, la Pyramide et le Toit qui jouent à se refléter dans les miroirs naturels.

Le lac Carré dominé par le refuge des Spet Laux.

Au-dessus du plateau principal des Sept Laux pour encore mieux profiter du panorama.

les commentaires