Rocher de Lorzier - par la cheminée de Lorzier et le col des Bannettes

Randonnée pédestre Randonnée pédestre en Chartreuse

S'il est une zone où le contraste que peut présenter la montagne se manifeste de manière tranchée, c'est bien le secteur de la Roize. Ce ruisseau issu de plusieurs résurgences a creusé, usé et effondré toute une partie du versant occidental du massif de la Chartreuse et continue de le faire à l'occasion de chaque précipitation. Autant vous prévenir, il règne dans ce secteur une atmosphère bien particulière et il faudra absolument éviter de s'y rendre après la pluie ou à la fonte des neiges. A l'inverse, les immenses prairies de l'alpage d'Hurtières s'étendent paisiblement au dessous des crêtes de la Grande Sure et du Rocher de Lorzier et sont une véritable invitation à la contemplation. Dans ce contexte, seule la cheminée de Lorzier sert de cordon ombilical pour relier aussi subitement ces deux mondes que tout oppose.

Itinéraire

Du parking, emprunter la piste conduisant 200 mètres plus haut à l'abri forestier de la Roize. Là, passer à gauche de la cabane et descendre dans le fond du ravin de la Roize pour en traverser le torrent (attention, en cas de pluies récentes ou au printemps à la fonte des neiges car cette descente comporte de nombreuses traversées de petits couloirs pouvant se transformer en torrents dangereux voire infranchissables et des zones étroites et glissantes au dessus de barres rocheuses).

Remonter en face en suivant grosso modo le ruisseau de Charminelle que l'on coupe une première fois au niveau d'une jolie vasque alimentée par une cascade, puis encore par deux fois un peu plus haut. A 1450 mètres on trouve une source captée dans un petit bassin et rapidement la forêt laisse place à la magnifique prairie de Charminelle où épilobes, campanules et grandes berces dépassent allègrement la taille d'un homme. Au milieu de la clairière, sur un promontoire naturel, un panneau indique la marche à suivre pour continuer le parcours. Tourner à droite afin de se diriger vers l'Est et grimper dans les superbes pentes herbeuses du versant Ouest du Rocher de Lorzier. Parvenu au pied des barres rocheuses, la cheminée de Lorzier s'ouvre juste au dessus. Il s'agit d'un couloir raide mais facile qui autorise le franchissement de la paroi et donne accès directement au plateau d'alpage d'Hurtières où paissent de nombreuses vaches en été, généralement interloquées par l'apparition soudaine des marcheurs débouchant de nulle part au beau milieu de leur plateau.

Ne pas rejoindre le col d'Hurtières malgré l'attirance que sa platitude exerce sur ceux qui ont sué dans la montée de la cheminée, mais rester sur cette bordure occidentale du plateau en en suivant le fil vers le Sud. Après quelques montées-descentes à travers des pins épars, on gagne facilement le point culminant du Rocher de Lorzier (1838 m) matérialisé par un cairn tenant un mât métallique. Poursuivre vers le Sud en tenant plus ou moins la crête jusque environ le "h" du mot "rocher" de la carte IGN, puis se laisser descendre doucement sur le plateau pour rejoindre le chalet des Bannettes.

Passer la cabane et continuer par le chemin plat jusqu'au col des Bannettes (non nommé sur la carte) avant d'amorcer la descente d'abord dans un grand pré dominant la vallée et le Néron de manière spectaculaire, puis en forêt. A 1350 mètres, laisser sur la droite le chemin du Pas de l'Ane (interdit par arrêté) et continuer à descendre en direction du village de Mont-St-Martin. A 975 m, on rencontre un croisement où il faut tourner à droite pour aller chercher après une brève remontée la cheminée de Mont-St-Martin. Descendre la cheminée raide mais très bien équipée de garde-corps et de mains-courantes. 80 mètres plus bas, un nouveau croisement confirme le chemin retour en poursuivant vers le Nord afin de retrouver le parking du monastère de Chalais.

Ce topo ne constitue en aucun cas une sécurité pour son utilisateur. Ce dernier pratique la montagne à ses risques et périls, est autonome et responsable de lui-même et des gens qu’il emmène. Dans le cas contraire, ils fera appel à un professionnel de l'encadrement.


Le passage du saut de la Roize, bien que peu difficile, requiert un minimum d'attention.

La jolie cascade de l'on croise en remontant le ruisseau de Charminelle.

La splendide et sauvage prairie de Charminelle.

En remontant les pentes du Rocher de Lorzier en direction de la cheminée.

Sur les crêtes du Lorzier avec la Grande Sure en toile de fond.

Depuis les crêtes en regardant vers le Sud et les Rochers de Chalves.

Les Bannettes et leur cabane.

En descendant du col des Bannettes vers Mont-Saint-Martin.

les commentaires je réagis