Plateau de Sornin - tour par la Molière

Randonnée pédestre Randonnée pédestre Vercors

Une randonnée variée offrant quelques uns des plus beaux atouts du Vercors : forêts énigmatiques, alpages généreux et points de vue panoramiques. Que demander de plus ?

Itinéraire

Du parking, remonter le GR 9 qui se fait également appeler ici " Tour des 4 montagnes ". On commence alors sur une large piste forestière qui passe rapidement en sous-bois. Quelques petits raidillons permettent de " chauffer la machine " et à plusieurs reprises la forêt s’entrouvre. Après deux petites heures on atteint " Sornin ", et juste en dessous le " hameau de Sornin ". Laisser sur la gauche le chemin montant à " la Côte ", puis à droite celui descendant au Fournel et continuer à travers alpages et petits bois jusqu’à la Dent du Loup. Même si le gigantesque pylone électrique qui s’y trouve rappelle que la civilisation est juste là en bas, la vue sur la vallée de l’Isère y est saisissante.

De la bordure de la falaise, revenir sur ses pas sur environ 200 mètres et continuer vers l’Ouest sur les pentes faciles du plateau de Sornin. La cabane de berger (fermée) qui trône au milieu des prés peut servir de point de repère si l’on est pas sûr de son coup. On entre alors dans une forêt où les derniers feuillus résistent encore aux conifères. On parvient à " la Côte ", puis aux " Lapiaz " (1530 m). On se trouve ici à seulement quelques encablures du sentier qui descend au Gouffre Berger. Prudence car les trous (les lapiaz, justement ! ) sont ici nombreux et profonds.

Poursuivre en direction des " Génisses " (1630 m) et rejoindre " la Molière " d’où il faut longer le pied de la crête par son versant Est. Une fois à la petite cabane du Tracollet (ouverte / 2 places), descendre plein Est par le " Tour des 4 montagnes " que l’on retrouve seulement maintenant. Quelques centaines de mètres plus bas, on rentre à nouveau en forêt à l’aplomb d’une barre rocheuse que l’on évite en allant marquer un large crochet un peu plus au Nord. L’itinéraire descend ensuite franchement et finit par retomber sur la piste empruntée en début de journée au croisement de " la Croisette ". Engins et la voiture ne sont alors plus qu’à 30 minutes.

Ce topo ne constitue en aucun cas une sécurité pour son utilisateur. Ce dernier pratique la montagne à ses risques et périls, est autonome et responsable de lui-même et des gens qu’il emmène. Dans le cas contraire, ils fera appel à un professionnel de l'encadrement.


L'alpage de Sornin avec la Chartreuse à l'arrière plan.

L'alpage de la Molière héberge un grand troupeau de génisses à la belle saison.

les commentaires je réagis