Les passerelles du lac de Monteynard

Randonnée pédestre Randonnée pédestre Matheysine

En se penchant sur l'histoire du lac de Monteynard on découvre la générosité de la minuscule commune de Mayres qui, à défaut de pouvoir sauver sa voisine Savel vouée à disparaître sous les eaux une fois le barrage construit, décida de faire perdurer son nom en le mariant au sien. Cette générosité se vérifie une nouvelle fois aujourd'hui par le cadeau original qui est fait aux randonneurs : une vertigineuse passerelle himalayenne enjambant le Drac à plusieurs dizaines de mètres de hauteur en contrebas du village. Mais l'édifice n'est pas solitaire puisqu'une seconde passerelle a également été ancrée dans les falaises friables des gorges de l'Ebron. Elles permettent ainsi aux marcheurs, non seulement de relier la Matheysine au Trièves par un itinéraire spectaculaire, mais également d'offrir une partie de l'année un tour, moyennant un transfert par bateau d'une rive à l'autre du lac.

Itinéraire

Poursuivre un moment sur le bord de route pour trouver sur la gauche une route goudronnée mais interdite aux véhicules (barrière). Elle descend à travers champs et ne tarde pas à se transformer en bon chemin de terre qui atteint bientôt la bordure de la gorge que forme le Drac à cet endroit. Un sentier sécurisé par un grillage permet de basculer dans le canyon au fond duquel la première passerelle apparaît déjà. Arrivé à elle, l'hésitation n'est pas permise : C'est suspendu à une cinquantaine de mètres au dessus de l'eau que l'on gagne la rive d'en face.

Le versant Trièves atteint, suivre la piste forestière remontant par quelques larges lacets jusqu'à rejoindre les belles prairies du plateau de Villarnet depuis lesquels l'Obiou semble répondre par sa masse aux falaises du Grand Veymont. Peu avant le village, on retrouve une partie d'asphalte puis un petit sentier évite le hameau en montant sur la gauche le long d'un pré avant de retrouver pour un court instant la route D 34e. En effet, il s'agit de la suivre sur une trentaine de mètres avant de la traverser pour basculer dans une nouvelle forêt de pins. Ce sentier relativement plat s'oriente au Nord-Ouest et offre quelques beaux points de vue à travers les arbres sur le lac de Monteynard. Avant d'engager sa descente sur la passerelle de l'Ebron le chemin permet également d'observer le joli pont de Brion qui représente l'un des rares points de franchissement des gorges pour les véhicules. Comme on l'avait fait plus tôt pour franchir le Drac, il faut descendre de manière abrupte au dessus du bras d'eau avant de trouver la passerelle. Bien qu'un peu plus courte que la précédente, cette traversée aérienne n'en est pas moins impressionnante et esthétique.

Itinéraire retour :
1- Par le même itinéraire.
2- Boucle en bateau. Il est possible d'effectuer une boucle en utilisant un bateau de la Mira qui, de mai à octobre, sur réservation et selon les jours navigables propose le transfert des marcheurs entre les embarcadères de Mayres-Savel et de Treffort.
Pour tous renseignements sur le transfert : la Mira.

Itinéraire avec transfert par bateau :
Une fois sur l'autre rive, le sentier reprend en grimpant à nouveau pour finalement filer plein Nord afin de rejoindre la vaste base nautique de Treffort et son embarcadère. Une fois transféré sur la rive de Savel, il ne reste plus qu'à longer l'unique route remontant vers Mayres-Savel que l'on quitte dans l'épingle cotée 562 m pour s'engager sur un joli sentier-balcon dominant le Drac. Il retrouve la route au lieu-dit "les Mets" qu'il suffit de suivre sur la droite pour retrouver la voiture.
Cette boucle peut être effectuée dans les deux sens.

LES PASSERELLES DE MONTEYNARD EN TRANSPORTS EN COMMUN
Malheureusement, ce parcours n’est pas vraiment accessible par transport en commun. L’unique façon de s’en rapprocher serait de prendre le train jusqu’à la gare de Monestier-de-Clermont. Par contre, de ce point vous êtes encore à au moins deux heures de marche du départ officiel de la balade des passerelles. Gardez aussi à l’esprit qu’il vous faudra revenir à cette gare par les mêmes chemins en fin de journée. Autant dire que cet itinéraire n’est pas très commode lorsqu’on n’a pas de véhicule personnel…

Ce topo ne constitue en aucun cas une sécurité pour son utilisateur. Ce dernier pratique la montagne à ses risques et périls, est autonome et responsable de lui-même et des gens qu’il emmène. Dans le cas contraire, ils fera appel à un professionnel de l'encadrement.


La première passerelle du Monteynard

Vue sur le lac de Monteynard

les commentaires je réagis