Refuge Adèle Planchard - depuis Villar-d'Arène

Randonnée pédestre Randonnée pédestre Ecrins

Adèle Planchard est cette dame qui légua sa fortune pour bâtir le refuge ponctuant l’itinéraire d'ascension de la Grande Ruine. Le refuge, aujourd'hui propriété de la STD, est le deuxième plus haut perché du massif des Ecrins. Malgré son environnement "haute montagne", sa longue marche d'accès reste simple et superbe.

Itinéraire

Du parking, suivre le GR 54 qui passe le Pas d'Anna Falque en bordure du torrent de la Romanche puis qui s'élève sur un raide verrou après avoir traversé le ruisseau du Colombier. Aux 2/3 de ce raidillon, un sentier quitte le GR sur la droite pour s'engager dans le vallon suspendu de la Romanche. L'évolution se déroule alors au fil de l'eau, à travers les superbes alpages du Plan de l'Alpe où les marmottes se comptent par dizaines.

A 2048 m, on rencontre le Pont de Valfourche qui marque la séparation des sentiers de montée aux refuges du Pavé et d'Adèle Planchard. Prendre l'embranchement de gauche qui mène aux sources de la Romanche, puis qui commence à s'élever doucement au dessus du glacier de la Plate des Agneaux.

Le sentier remonte ensuite plein Ouest (face Est) par un cheminement cherchant les points faibles dans ce dédale de barres rocheuses. Quelques passages sont équipés de câbles mais ne présentent aucune difficulté. Bien penser à remplir les gourdes là où un panneau l'indique ! Le captage du refuge est souvent faiblard… Vers 2650 m, les pentes s'adoucissent et la montée prend un ton un peu lancinant. Mais pas pour longtemps : on trouve généralement la neige aux alentours de 2900 m. Le refuge est alors bientôt en vue mais l'altitude commençant à se faire sentir, il paraît encore bien loin. Pourtant, la majesté du décor aidant, on y arrive généralement avec le sourire jusqu'aux oreilles. Il paraît très présomptueux de vouloir effectuer la redescente dans la même journée.

Nota Bene : Compte tenu de la longueur de la descente, il est vivement conseillé de s'octroyer une nuit au refuge Adèle Planchard et de profiter du voisinage impressionnant du Dôme et de la Barre des Ecrins.

Ce topo ne constitue en aucun cas une sécurité pour son utilisateur. Ce dernier pratique la montagne à ses risques et périls, est autonome et responsable de lui-même et des gens qu’il emmène. Dans le cas contraire, ils fera appel à un professionnel de l'encadrement.


Du refuge Adèle Planchard, la Barre des Ecrins se dévoile magnifiquement derrière la Roche Faurio et ses satellites.

les commentaires je réagis