Grenoble montagne

S'inscrire à la Newsletter


Accueil » Le massif de la Chartreuse

Le massif de la Chartreuse

Publié le 20 juillet 2013

LA FAUNE ET LA FLORE

Sur ces moyennes montagnes, la nature a su rester intacte et permet à de nombreuses espèces animales et végétales de s’épanouir sur ce massif que vous pourrez découvrir sur les milles kilomètres de sentiers balisés… ou en dégustant la fameuse « Chartreuse », véritable élixir concentré des nombreuses plantes du massif.

Située à une altitude variant de 200 à 2000 mètres d’altitude, la Chartreuse offre par sa variété et par son étagement toute une mosaïque de milieux naturels propices à une belle biodiversité. Les principaux milieux que l’on rencontre sont :

Les Pelouses d’altitude : elles sont les conséquences des activités humaines, comme le pastoralisme et le défrichement, elles permettent la présence d’une faune et d’une flore spécifique.

Les Falaises : elles servent de refuge à de nombreux oiseaux nicheurs dans ces milieux (Grands ducs, aigles royaux, tichodromes échelettes, faucons pèlerins….

Les Hêtraies Sapinières : les forêts du massif abritent tout un panel d’ongulés dont le fameux cerf élaphe.

Coteaux calcaires ensoleillés : C’est là que l’on trouve la plus grande variété d’orchidées et… les vignobles. Idéalement orienté au sud, son biotope abrite certaines espèces méridionales.

Torrents et milieux humides : Si les torrents jaillissent de la roche pour s’enfoncer dans de belles gorges encaissées, il existe en Chartreuse d’autres milieux humides beaucoup plus sensibles comme les tourbières et les marais.

La faune

On trouve en Chartreuse plus de la moitié des espèces de mammifères et d’oiseaux de France.
- La diversité de ses habitats permet la présence d’animaux emblématiques comme la chouette de tengmalm, la minuscule chevéchette ou encore le lynx.
- La plupart des ongulés de France sont présents, exception faite du bouquetin.
- Le tétras-lyre ou coq de bruyère, en déclin dans les Alpes est bien présent sur les Hauts de Chartreuse. Une présence qui demande une vigilance importante pour maintenir ces populations en bonne santé.
- Mouflons, chamois, marmottes, écrevisses à pattes blanches, becs-croisés, ou tritons alpestres ne sont que quelques exemples des beautés du monde que nous pouvons observer en Chartreuse

La flore

On trouve en Chartreuse plus de 2000 espèces végétales allant du pistachier méditerranéen à l’edelweiss. Une richesse que les pères Chartreux ont su exploiter pour leur fameuse boisson à la composition jalousement gardée.Les sols calcaires du massif permettent à une cinquantaine d’orchidées de s’épanouir dont le fameux sabot de vénus ou la petite nigritelle rose ont adopté. On recense 83 espèces protégées dont 18 au plan national, 38 au niveau régional et 27 d’intérêt départemental.

C’est principalement en zones humides que se trouvent ces plantes rares. Des zones qui ne représentent que 0,3 % de la superficie du Parc pour 36 espèces protégées sur 83.

Le Parc Naturel Régional

Créé en 1995, le parc s’étend sur 52 communes entre les départements de l’Isère et de la Savoie. Ses plaines, ses collines et ses moyennes montagnes en font un territoire d’exception à seulement quelques kilomètres des villes de Grenoble, Chambéry et Voiron.

La Réserve Naturelle

Crée en 1997 pour sauvegarder le site menacé par des projets touristiques, la Réserve Naturelle a pour mission de protéger et gérer ce territoire pour que les diverses activités qui s’y exercent (élevage, exploitation forestière, randonnée…) soient compatibles avec la préservation de la faune, de la flore et du paysage.

Le Parc Naturel Régional de Chartreuse, désigné par l’Etat comme gestionnaire de la Réserve depuis 2001, mène études scientifiques et suivis de l’évolution des milieux et de l’impact des différentes activités pour conserver la biodiversité de ce lieu. Dans un esprit de concertation et de démarche participative, le Parc collabore avec des groupes de travail pour mettre en œuvre le plan de gestion (analyse de l’état des lieux et propositions d’objectifs de gestion sur le long terme).
La Réserve Naturelle représente 6% de la superficie du Parc ; sa mission est la protection des milieux alors que le Parc a pour fonction la protection de l’environnement mais aussi le développement socio-économique de son territoire.

LE MASSIF DE CHARTREUSE

Entre Grenoble, Voiron et Chambéry, le massif de la Chartreuse c’est la nature à deux pas de la ville. Sur ces moyennes montagnes, la nature a su rester intacte et permet à de nombreuses espèces animales et végétales de s’épanouir . Vous pourrez y découvrir des milliers de kilomètres de sentiers balisés…

La fameuse « Chartreuse », véritable élixir concentré des nombreuses plantes du massif y a été créée il y a près de quatre siècles après qu’un jour de 1605, le Maréchal François Hannibal d’Estrées remit au Pères Chartreux de la Chartreuse de Vauvert à Paris un mystérieux manuscrit contenant la formule d’un Elixir de longue vie.

Parc naturel régional depuis 1995, il offre un cadre de jeux et d’aventure tout à fait propice à tous les amateurs d’espaces sauvages. Ses grandes barres rocheuses calcaires permettent aussi bien aux randonneurs qu’aux grimpeurs d’évoluer dans un décor grandiose. Les balades dans la réserve naturelle des Hauts Plateaux sont d’une grande beauté et la sensation d’isolement bien réelle.

Mais la Chartreuse c’est aussi : l’un des plus vastes réseaux de galeries souterraines d’Europe, une Mecque du vol libre, et en hiver, un lieu de prédilection pour les randonnées en raquettes et en ski.

La chartreuse est le massif le plus proche de Grenoble : la célèbre « Bastille » est en effet bâtie sur ses flancs, et son plus haut sommet, le Chamechaude avec 2082 se trouve seulement à quelques encablures de la ville et sa voie normale est très appréciée des grenoblois.

La Chartreuse est née du soulèvement des Alpes il y a 30 millions d’années. Le massif est composé d’une succession de couches de roches calcaires et de couches de roches marneuses. Les plissements du calcaire donnent de longues lignes de crêtes orientées Nord sud.

La plus remarquable de ses crêtes part de la Dent de Crolles ( 2062 m)et sans discontinuer sur 30 kilomètres remonte jusqu’au Mont Granier (1933 m), à l’extrême Nord du massif. Cette crête est visible depuis la vallée du Grésivaudant entre Crolles et Chambéry et se compose d’une immense falaise de trente kilomètres de large, et d’une hauteur variant entre 50 et 700 mètres au mont Granier.

En 1248, l’effondrement d’une des faces du Mont Granier est probablement le plus grand éboulement connu de l’histoire de l’Europe. On estime le nombre de victimes à 5 000. Ce cataclysme a donné naissance à l’une des plus grandes falaises calcaires de France : 700 m d’à-pic. C’est d’ailleurs cet « abyme » impressionnant qui donne son nom a l’une des appellations d’origine contrôlée des vins de Savoie : l’Abyme.

Autres sommets importants de Chartreuse :

* Les Lances de Malissard (2 045 m)
* Le Grand Som (2 026 m)
* La Grande Sure (1 920 m)
* Le Charmant Som (1 867 m)
* La Pinéa (1771 m)

ACTIVITÉS MONTAGNE

La randonnée

L’activité reine en Chartreuse c’est la randonnée : avec plus de 1.000 km de sentiers balisés. A deux pas de la ville on a le choix entre aller se perdre dans des recoins sauvages et silencieux tellement typiques de la Chartreuse, ou bien aller fréquenter des randonnées plus classiques comme l’ascension du Chamechaude ou de la Dent de Crolles.

Crêtes, falaises, balcons et a-pics contrastent avec des zones beaucoup plus accueillantes de forêts et pâturages, et donnent aux randonnées une ambiance aérienne ( on surplombe de plus de 1500m la vallée ) caractéristique.

Bien sur, il n’y a pas que des « sentiers du vertiges » en Chartreuses et bien des ballades faciles et débonnaires existent, mais dans ce massif escarpé, il convient tout particulièrement au randonneur de bien se renseigner sur son objectif surtout s’il a peur du vide…

La Spéléologie

La composition calcaire des roches de Chartreuse garantie un grand nombre de failles, de grottes et de gouffres dans tout le massif.

Les Sports d’hiver

Avec 9 stations villages et sites neige, la Chartreuse vous offre une large palette de paysages pour des plaisirs hivernaux tout en nuances. Du week-end détente au séjour prolongé, du ski de fond au ski de piste, l’hiver se déroule en toute blancheur.
55 pistes alpines s’offrent à vous sur tout le massif dont 24 pour St Pierre de Chartreuse / Le Planolet, incontestablement le plus grand domaine du massif. Les villages de Chartreuse rendent possible la pratique de toutes les activités de glisse que vous retrouvez l’hiver à la montagne : ski alpin, surf, ski de fond et luge. Cependant, les immenses forêts de ce parc naturel régional sont également propices à la balade, au ressourcement et à la contemplation.

Pas étonnant donc de retrouver plus de 250 km de sentiers balisés pour la pratique du ski de fond ou la raquette, qui permet aux amateurs confirmés comme aux débutants de sortir des sentiers battus pour s’imprégner vraiment de cette nature secrète et mystérieuse.

Liste des stations d’hiver

* Le Désert d’Entremont (station ayant particulièrement développée la pratique de la raquette à neige)
* Saint-Pierre-de-Chartreuse
* Le col de Porte (1326 m)
* Le Sappey-en-Chartreuse
* La Ruchère (ski de fond)
* Saint-Hilaire-du-Touvet : Situé en bordure du massif, sur le Plateau des Petites Roches qui surplombe la vallée du Grésivaudan. Plus connu pour le vol libre (Coupe Icare), possède néanmoins une agréable petite station de ski alpin.
* Col de Marcieu : Situé sur le plateau des Petites Roches, dans la commune de Saint-Bernard-du-Touvet. Ski de piste et Ski de fond
* Autrans : célèbre pour son festival du film de montagne

En Chartreuse le ski de randonnée lui aussi est à la fête avec ses nombreux sommets, cols et espaces sauvages.

Escalade et via ferrata

Quelque soit son niveau le grimpeur pourra trouver son bonheur en Chartreuse. Falaises d’escalade sportive d’une longueur ou grandes voies au caractère plus ou moins aventureux du fait de la qualité « variable » de la roche et de l’équipement en place dans les voies.

Plusieurs via ferrata parcourent le massif. La plus accessible tant en terme de difficulté avec ses nombreuses échappatoires, que de proximité est la via ferrata de la Bastille, la plus réputée est celle de Crolles qui remonte sur le plateau des petites roches.

Vol libre

Le massif de la Chartreuse est un véritable paradis pour tous les parapentistes et autres amateurs de vol libre. Lorsqu’il fait suffisamment beau et chaud, il suffit de lever les yeux depuis Grenoble en direction de la Chartreuse pour admirer des dizaines de parapentes chaque jour.

C’est d’ailleurs en Chartreuse, sur le plateau des petites roches à St Hilare du Touvet que se déroule chaque année en septembre le plus grand festival de sports aériens au monde : La coupe Icare.

Le monastère de la Grande Chartreuse

Le monastère fondé en 1084 a été détruit à de nombreuses reprises. Le premier emplacement choisi a été abandonné après sa destruction par une avalanche en 1132.

Les bâtiments actuels datent du XVIIe siècle et sont classés monument historique depuis 1920.

Les moines distillent une liqueur très appréciée : la célèbre Chartreuse.

La Chartreuse naît en 1605, quand les moines de la Chartreuse de Vauvert à Paris (à l’emplacement de l’actuel Jardin du Luxembourg) reçoivent du maréchal d’Estrées un manuscrit avec la formule d’un Elixir de Longue Vie.

Trop complexe, la recette n’est pas exploitée, et c’est en 1737 que le Monastère de la Grande Chartreuse, près de Grenoble, commence à en faire une étude exhaustive. Sa commercialisation est limitée aux proches villes de Grenoble et Chambéry. Cet élixir est toujours commercialisé de nos jours, sous le nom de Elixir Végétal de la Grande-Chartreuse. La Chartreuse Verte est élaborée en 1764. Poursuivis pendant la Révolution française, les moines réussissent à conserver la recette en la donnant à un pharmacien de Grenoble, Monsieur Liotard. La recette reviendra au Monastère de la Grande Chartreuse à sa mort en 1816. La Chartreuse Jaune sera commercialisée pour la première fois en 1838.

Expulsés de France en 1903, les Chartreux s’implantent à Tarragone en Espagne, avant de revenir en 1929 en France. C’est depuis 1935, année du glissement de terrain à Fourvoirie, que la Chartreuse est fabriquée à Voiron où se situe la plus grande cave à liqueur au monde (164 m). C’est depuis 1990, date à laquelle la distillation a été arrêtée à Tarragone, que la Chartreuse est exclusivement produite à Voiron.

Investis de cette mission par leur Ordre, les Chartreux travaillent dans le plus grand secret et sont seuls à connaître les détails de la production. Aujourd’hui comme hier, la formule reste un mystère que les méthodes modernes d’investigation n’ont pu percer…

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Laisser un commentaire