Grenoble montagne

S'inscrire à la Newsletter


Accueil» Grenoble : une ville à la montagne » Un environnement préservé

Un environnement préservé


Mountain Wilderness est une association loi 1901 ayant pour but la protection de la haute et moyenne montagne sous tous ses aspects. Fondée en 1988, elle encourage le développement soutenable de la montagne basé sur le respect des hommes et de la nature.

Mountain Wilderness
La section française est une émanation du mouvement international qui a émergé en 1987 à Biella, en Italie. Au niveau international, Mountain Wilderness est à l’origine de la première expédition de nettoyage d’un grand sommet himalayen en 1990, le K2. En 2003, il a organisé une expédition exemplaire pour relancer le tourisme lié à l’alpinisme en Afghanistan.

Grenoble a la chance d’accueillir la section Française de Mountain Wilderness au sein des locaux de la MNEI (place Bir Hakeim). Quatre salariés ont en charge la protection des montagnes de France et sont adroitement secondés par un nombre important de bénévoles actifs de la région grenobloise mais aussi des quatre coins de France.

L’association a organisée son travail en thématiques, en suivant les recommandations des thèses de Biella(1), texte fondateur du mouvement, en voici les grandes lignes :

– Veiller au maintien des équilibres

Mountain Wilderness propose et valorise des solutions pour que les montagnes restent des lieux de vie où populations, nature et activités économiques coexistent en harmonie.

Montagne à vivre

Mountain Wilderness valorise le tourisme doux et soutient l’agriculture afin d’harmoniser vie en montagne, activité économique et respect des milieux naturels.

Installations Obsolètes

De nombreux aménagements abandonnés dégradent nos paysages montagnards : remontées mécaniques, bâtiments, vestiges militaires, … Mountain Wilderness organise et participe à des opérations de démontage, pour l’exemple ; et élabore des solutions pour l’avenir.

Espaces protégés

Protéger, contempler, pratiquer, Mountain Wilderness n’entend pas que l’on parque la nature, mais défend les parcs… comme outil de préservation de la nature ! Veille juridique, lobbying, manifestations, mais aussi propositions d’actions et collaborations avec des parcs nationaux, régionaux, des réserves, …

– Proposer des approches douces pour la montagne

De plus en plus de visiteurs s’évadent en montagne pour s’y ressourcer.

Mountain Wilderness agit pour que les logiques urbaines n’envahissent pas le domaine montagnard.

Impacts des activités sportives en montagne

La montagne reste un espace de liberté et donc de responsabilité. Mountain Wilderness encourage des pratiques sportives respectueuses du milieu et de ses hôtes.

Mobilité Douce

Les désagréments engendrés par l’usage des véhicules individuels, dans le cadre des loisirs, touchent fortement les territoires de montagne. Le but du projet Mobilité Douce est de sensibiliser les visiteurs à d’autres modes de déplacements : navettes, co-voiturage, …

– Remettre en cause les pratiques déraisonnables

Mountain Wilderness se bat pour préserver un accès libre à la nature, face aux aménagements envahissants des stations de ski, à l’augmentation du trafic des poids-lourds dans les vallées de montagne, au développement de la pratique illégale des loisirs motorisés.

Industrie du ski

Liaisons entre domaines skiables, retenues collinaires, canons à neige, tous ces aménagements entraînent une réduction des espaces au détriment de la montagne. La ressource en eau est compromise. Mountain Wilderness dénonce cette fuite en avant auprès des institutions et du grand public.

Silence ! Halte aux loisirs motorisés

L’invasion de la montagne par les loisirs motorisés, contraire à notre législation, devient insupportable dans un espace aussi restreint. Mountain Wilderness agit sur tous les fronts : réunions d’information, conseil aux élus, dépôts de plaintes auprès des tribunaux, actions contre l’héliski et vols touristiques abusifs, manifestations anti quads, anti 4×4, …

Plus d’information sur le site de Mountain Wilderness : http://france.mountainwilderness.org/

Mountain Wilderness
Maison de la Nature et de l’Environnement
5 place Bir Hakeim
38 000 Grenoble
Tél : 04 76 01 89 08 – Fax : 04 76 01 89 07
france@mountainwilderness.org


Habiter à Grenoble, c’est non seulement vivre au pied des montagnes, mais encore c’est boire une eau pure et non traitée, d’une qualité équivalente aux grandes eaux des sources françaises.

Venez découvrir la manière dont cette eau est captée, acheminée, et redistribuée dans toute l’agglomération grenobloise.

Une eau naturellement pure

L’alimentation en eau potable d’une commune réclame en moyenne 200 à 300 litres par jour, par habitant. Ainsi, les 225 000 grenoblois alimentés par l’eau du Sierg utilisent en moyenne 50 000 m3 par jour, soit environ 600 litres par seconde !

D’ou vient l’eau de l’agglomération grenobloise ?
Elle provient pour l’essentiel des nappes souterraines alluviales de la vallée de la Romanche. Le renouvellement des eaux souterraines est dû aux infiltrations des eaux de rivières et des versants, principalement lors de la fonte des neiges et des glaciers en pays de montagne.

Pourquoi choisir des eaux souterraines ?
Les eaux souterraines sont généralement de meilleure qualité que les eaux de surface. Elles sont mieux protégées contre les contaminations et les pollutions. Filtrées dans les sables de la vallée de la Romanche, les eaux de la nappe sont ainsi débarrassées des germes et des particules indésirables pouvant être présentes dans les eaux superficielles qui s’infiltrent. Elles subissent ainsi un traitement naturel qui s’avère très efficace.

Comment arrive-t-elle à nos robinets ?
L’eau est captée dans 5 puits profonds de 20 à 30 m, puis est refoulée à 315 m d’altitude dans le réservoir de Jouchy, constitué de deux cuves (la dernière, d’une capacité de 4000 m3, a été mise en service en 2002). De là, elle parvient par gravité jusqu’à l’agglomération grenobloise au moyen d’un réseau d’adduction comptant 105 km de canalisations principales. Dans chaque commune qui a la responsabilité de la distribution, un ou plusieurs réservoirs assurent plus d’une journée de réserve d’alimentation

Comment la garder pure ?
La qualité de l’eau exige une surveillance constante. C’est pourquoi les captages sont entourés de périmètres de protection sur lesquels les activités sont réglementées.
Mais la vigilance du Sierg s’exerce également sur l’ensemble du bassin versant de la Romanche situé à l’amont.

La pureté de l’eau dépend aussi de l’état du réseau qu’elle parcourt. Cela nécessite un entretien constant et des interventions rapides pour satisfaire les besoins quotidiens en eau potable. Au total, trente personnes au Sierg assurent la sécurité de l’approvisionnement : entretien des canalisations, télésurveillance et contrôles analytiques.


Partager : Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page
Soyez le premier à laisser un commentaire !

Laisser un commentaire


7 + = huit