Jocou - boucle par le Mont Barral et les Amousières

Randonnée pédestre Randonnée pédestre dans le Diois

Dans une certaine mesure on pourrait dire du Jocou qu'il est au Diois ce que le Ventoux est aux Baronnies, soit l'imposant point culminant de son massif. Mais dans une certaine mesure seulement puisque aucune route ni aucune antenne ne vient défigurer le géant drômois. Et puis la localisation de ce dernier à la confluence des Alpes du Nord et des Alpes du Sud d'une part et des Préalpes et des massifs intérieurs d'autre part, fait de lui un des belvédères les plus contrastés de la chaîne alpine. Cet itinéraire via le mont Barral puis les Amousières constitue le cheminement le plus spectaculaire pour embrasser la diversité de cette montagne, mais attention, les versants y sont raides et il vaudra mieux attendre que la neige ait totalement disparu pour en envisager sereinement l'ascension.

Itinéraire

Traverser la route depuis le parking et monter droit dans la pente afin de venir chercher d'emblée la crête permettant de passer par dessus le tunnel routier. Continuer sur la droite en montant en forêt jusqu'à rejoindre une belle clairière en haut de laquelle le chemin se poursuit pour amorcer la montée au Mont Barral dont on atteint d'abord la crête faîtière puis le sommet.

En descendre par son épaule Sud sans se laisser impressionner par les pentes qui la bordent qui sont certes raides mais jamais franchement vertigineuses. On arrive sur un replat au pied duquel s'étend le magnifique alpage de Jiboui particulièrement fleuri au printemps. Continuer en parcourant l'intégralité de la très esthétique crête de Jiboui (GR 93) jusqu'à gagner le col de Seysse : dépression nichée entre la Roberche et le Jocou et tellement marquée qu'on l'identifie depuis des dizaines de kilomètres à la ronde. A partir de ce col, l'itinéraire reprend sa montée en commençant par s'élever en travers de la face Nord-Ouest du Jocou puis, alors qu'on croit devoir s'apprêter à couper deux grands couloirs de ravinement, le marquage invite à orienter la trajectoire en pleine pente pour rejoindre directement la crête peu avant le point 1997 m. Au niveau de ce point, il ne reste plus qu'à suivre la longue arête herbeuse vers le Sud pour fouler le sommet du Jocou et profiter de ce belvédère exceptionnel pour s'essayer à nommer les géants du Dévoluy, si proches.

Quitter le sommet en descendant par sa croupe Sud puis en délaissant le GR 93 pour atteindre le point 1943 m qui marque le début des "Amousières". Cette nouvelle crête n'est que le prolongement du Jocou et constitue une descente de choix en dominant la jolie vallée de la route du col de Grimone. Vers 1450 m, on finit par tomber sur la variante du GR 93 qui permet un fantastique retour au col de Seysse à travers les vastes pierriers de la Grande Plate en plein versant Ouest du Jocou où cohabitent marmottes et chamois.

Du col de Seysse, revenir par la crête empruntée à l'aller et descendre sur la gauche à travers l'alpage de Jiboui pour retrouver dans son fond et pour un court instant seulement le GR 93 que l'on quitte à nouveau afin de retrouver le col de Menée après environ 2,5 km d'une bonne et large piste.

Ce topo ne constitue en aucun cas une sécurité pour son utilisateur. Ce dernier pratique la montagne à ses risques et périls, est autonome et responsable de lui-même et des gens qu’il emmène. Dans le cas contraire, ils fera appel à un professionnel de l'encadrement.


Au sommet du Mont Barral.

Sur les très belles crêtes de Jiboui avec le Jocou à l'arrière-plan.

Sur la crête faîtière du Jocou, après avoir passé le sommet.

Les ravins du Jocou.

La descente du sommet par les Amousières.

Panorama sur le Diois.

La traversée sous les crêtes du Jocou pour rejoindre le col de Seysse.

Retour par les crêtes de Jiboui avant d'en descendre sur la gauche dans les alpages.

les commentaires je réagis